Lexique

Tout | A B C D E F G H I L M N O P Q R S T U V W
Il y a 21 entrée(s) commençant par la lettre O dans cet annuaire

Objectif d’épargne

But pour lequel l’épargnant constitue son épargne (par exemple la constitution d’un capital pour la retraite). En fonction de cet objectif, les solutions d’épargne adaptées diffèrent. Il est donc important de clarifier ses objectifs d’épargne afin de choisir un produit qui correspond réellement à ses besoins. Voir aussi : horizon de placement.

Obligation

Une obligation est une part d’un emprunt émis par un émetteur, c'est-à-dire une entreprise, une entité du secteur public ou l’État. Un investisseur en obligations devient prêteur et donc créancier de l’émetteur. En contrepartie de ce prêt, il reçoit généralement un intérêt versé périodiquement (le coupon). Le capital (montant nominal) est en principe remboursé à l’échéance. Toute revente d’une obligation avant son échéance peut entraîner un gain mais également une perte.

OPA (Offre publique d’achat)

Opération par laquelle une personne annonce publiquement aux actionnaires d’une société cotée (la société visée) qu’elle s’engage à acquérir leurs titres. L’acquisition des titres est proposée contre une somme en espèces.

OPC (Organisme de placement collectif)

Un OPC est un organisme de placement collectif (un « fonds d’investissement ») qui réunit l’épargne d’un grand nombre d’épargnants pour l’investir dans des valeurs mobilières (actions, obligations…) ou dans l’immobilier (pour les OPCI). Cette épargne est investie de façon diversifiée par des professionnels (sociétés de gestion) selon une stratégie annoncée : investissements en actions françaises, internationales…, en obligations en euros, en devises étrangères…, investissements diversifiés en actions et en obligations, etc. En contrepartie de cette gestion professionnelle, des frais sont prélevés chaque année (les « frais courants »). Les OPC sont soumis à l’agrément de l’AMF ou d’une autre autorité européenne.

OPC de capitalisation

Les organismes de placement collectif (FCP, Sicav…) de capitalisation, à l’inverse des placements de distribution, ne distribuent pas les revenus générés par les investissements réalisés : ces revenus sont automatiquement réinvestis dans le portefeuille : le résultat annuel est " mis en réserves ". Les OPC peuvent avoir deux types de parts pour la distribution du résultat, les parts C (parts de capitalisation pure) ou les parts D (parts de distribution pure). Dans ce cas, il y aura une valeur liquidative pour chaque catégorie de parts et donc un code ISIN pour chaque catégorie de parts.

OPC de distribution

Un organisme de placement collectif (FCP, Sicav…) de distribution, à l’inverse des placements de capitalisation, verse périodiquement (par exemple, tous les trimestres ou tous les ans), aux porteurs de parts, les revenus perçus de ses investissements (actions, obligations…). En fin d'exercice l'OPC doit distribuer l'intégralité de son résultat. Les OPC peuvent avoir deux types de parts pour la distribution du résultat, les parts C (parts de capitalisation pure) ou les parts D (parts de distribution pure). Dans ce cas, il y aura une valeur liquidative pour chaque catégorie de parts et donc un code ISIN pour chaque catégorie de parts.

OPC indiciel

Un OPC (organisme de placement collectif) indiciel a pour objectif de suivre l'évolution d'un indice boursier. Pour cela, il investit dans les titres qui composent l’indice. Par exemple, un OPC indiciel ou un tracker CAC 40 a pour objectif de suivre l’évolution du CAC 40 (à la hausse ou à la baisse) en investissant dans les actions des sociétés qui composent le CAC 40. S’il est coté, l’OPC indiciel est appelé "tracker" (ETF, ETC…). Les OPC indiciels sont soumis à l’agrément de l’AMF ou d’une autre autorité européenne.

OPC maître / nourricier

Un organisme de placement collectif (OPC) dit « nourricier » investit en parts d'un seul autre OPC dit « maître ». L'OPC maître peut être une SICAV ou un FCP, ou encore un FCPR, un FCPI, etc.

OPCI (Organisme de placement collectif en immobilier)

Un OPCI est un organisme de placement collectif qui réunit l’épargne d’un grand nombre d’épargnants pour l’investir dans l’immobilier. Cette épargne est investie de façon diversifiée par des professionnels (sociétés de gestion). Les OPCI peuvent prendre la forme de fonds de placement immobilier (FPI) ou de sociétés de placement à prépondérance immobilière à capital variable (SPPICAV). Les OPCI sont soumis à l’agrément de l’AMF.

OPCVM (Organisme de placement collectif en valeurs mobilières)

Les OPCVM (Organisme de placement collectif en valeurs mobilières) sont des OPC pouvant bénéficier d’une autorisation de commercialisation auprès du grand public dans toute l’Union européenne. Ils obéissent à des règles harmonisées au niveau européen. Les OPCVM sont soumis à l’agrément de l’AMF ou d’une autre autorité européenne.

OPCVM réservé à 20 porteurs au plus

Un OPC réservé s’adresse qu’à un nombre restreint d’investisseurs. Il ne doit faire l’objet d’aucune publicité ou autre forme de sollicitation au public. Il est créé à la demande d’un nombre restreint d’investisseurs (20 personnes maximum). Par ailleurs, leurs documents réglementaires ne sont pas à la disposition du public.

OPE (Offre publique d’échange)

Opération par laquelle une personne annonce publiquement aux actionnaires d’une société cotée (la société visée) qu’elle s’engage à acquérir leurs titres. L’acquisition des titres est proposée contre d’autres titres, émis ou à émettre.

OPM (Offre publique mixte)

Opération par laquelle une personne annonce publiquement aux actionnaires d’une société cotée (la société visée) qu’elle s’engage à acquérir leurs titres. Le règlement s’effectuera alors en partie en titres et en partie en numéraire.

OPR (Offre publique de retrait)

Opération par laquelle un ou plusieurs actionnaires, détenant plus de 95% des droits de vote d’une société cotée, font connaître publiquement leur intention d’acheter le reste des titres qu’ils ne détiennent pas. Dans ce cas, l’actionnaire minoritaire a le choix d’apporter ses titres à l’actionnaire majoritaire. Il n’y est pas obligé. Par ailleurs, un actionnaire minoritaire peut demander, par l’intermédiaire de l’AMF, que l’actionnaire majoritaire détenant au moins 95% des droits de vote de la société dépose un projet d’offre publique de retrait.

Option

Instrument financier qui permet à un investisseur d’obtenir le droit, à une date future, d’acheter (call) ou de vendre (put), un actif financier (action, obligation, devises…) à un cours fixé à l’avance. Une option est un produit risqué.

Option binaire

Instrument financier permettant de « parier » sur l’évolution d’un actif tel qu’une paire de devises (Forex), une action, un indice boursier ou une matière première, sur une période pouvant aller de quelques minutes à quelques mois. L’option binaire génère soit un gain (par exemple 75 % de la mise), soit la perte totale de la somme engagée. Les options binaires sont donc très risquées.

Ordre de bourse (actions)

Opération qui consiste à transmettre un ordre d’achat ou de vente sur un marché financier. L’ordre est passé par l’intermédiaire d’un prestataire de services d’investissement (une banque par exemple). Le carnet d’ordres recueille l’ensemble des ordres d’achat ou de vente d’une action et permet ainsi de fixer le prix de l’action. Il existe différents types d’ordres : ordre à cours limité, ordre à la meilleure limite, ordre au marché (ou à tout prix), ordre à seuil de déclenchement (ou ordre stop) ou à plage de déclenchement.

Ordre de bourse à cours limité

Concerne l’achat et la vente de titres (actions, ETF…). Pour obtenir le meilleur prix lors d’une transaction boursière, l’investisseur fixe le prix maximal qu’il est prêt à payer en cas d’ordre d’achat, ou le prix minimal qu’il compte retirer en cas d’ordre de vente. Si le prix minimal ou le prix maximal n’est pas atteint pendant la durée de validité de l’ordre, celui-ci est automatiquement annulé.

Ordre de bourse à déclenchement

Concerne l’achat et la vente de titres (actions, ETF…). Ce type d’ordre permet aux investisseurs de définir le prix à partir duquel l’achat ou la vente se fera. Il existe deux types d’ordre « à déclenchement » : • l’ordre « à seuil de déclenchement » ; l’achat ou la vente « au marché » est déclenché dès lors que le prix fixé par l’investisseur est atteint ; • l’ordre « à plage de déclenchement » ; l’achat ou la vente « à cours limité » est déclenché dès lors que le prix maximal ou le prix minimal fixé par l’investisseur est atteint à la hausse ou à la baisse. Il faut donc indiquer 2 prix dans ce type d’ordre : un prix minimal et un prix maximal. Si le prix minimal et/ou le prix maximal n’est pas atteint pendant la durée de validité de l’ordre, celui-ci est automatiquement annulé.

Ordre de bourse à la meilleure limite

Concerne l’achat et la vente de titres (actions, ETF…). Ce type d’ordre n’est assorti d’aucune indication de prix. A l’ouverture de la séance de la Bourse, il est transformé en ordre à cours limité, avec comme limite le prix d’ouverture. Pendant la séance, il devient un ordre à cours limité au prix de la meilleure offre (ordre d’achat) ou de la meilleure demande (ordre de vente).

Ordre de bourse au marché

Concerne l’achat et la vente de titres (actions, ETF…). Ce type d’ordre consiste à vendre ou à acheter sans limite de prix, dans la limite des quantités disponibles. Il est prioritaire sur autres types d’ordres et est exécuté immédiatement, sous réserve de trouver un acheteur ou un vendeur. Il est exécuté au cours d’ouverture pour les ordres passés avant l’ouverture de la séance de bourse.